Le respect réside dans le cœur

Le-respect-reside-dans-le-coeur
Le respect réside dans le coeur

Le respect réside dans le cœur, cette considération s’exprime dans des paroles bien disposées qui accomplissent des actes cordiaux. 

Respect vient du latin respectus, qui signifie égard, considération. Ce sentiment s’inspire à accorder à quelqu’un de l’admiration en fonction de la valeur qu’on lui reconnaît. C’est avoir de l’estime et faire attention à la personne. C’est aussi accepter les différences qui la singularisent vis-à-vis de l’ensemble des gens.  

Toute l’humanité mérite cet hommage. 

L’action de séparer des membres n’appartenant pas à une classe sociale, à un groupe ethnique, à une couleur de peau engendre la rupture des éléments que constitue une globalité.

La découverte des Nobles Valeurs

Afin d’ériger une conjugaison des genres et des choses, des lois s’élaborent au sein des nations. Ces normes approuvent la différenciation à se joindre aux prescriptions établies par l’autorité souveraine d’un état, bien qu’elles s’imposent aux membres de la société entière. 

C’est ainsi que pour maintenir une harmonie entre les divers, des règles sont à respecter par l’ensemble de la communauté. Celles de la bienséance permettent l’observance de la fraternité, s’ensuit un savoir-vivre envers toute la population. Ainsi qu’une civilité polie, tout comme une courtoisie dans les échanges. Ces bonnes manières conviviales engendrent une entente bienfaisante.

L’ignorance des convenances déclenche des impolitesses, des insolences, des indécences de propos, ou de gestes. Le sans-gêne, déviré de l’ancien ”gehine” se traduit par torture, si bien que l’impertinent ne tient pas compte des règles et inflige des souffrances. De conséquence, des actes de violence se propagent sur la généralité de la population humaine.

L’insociabilité, du latin sociabilis exprime ”qui ne peut être uni”. De sorte que la désunion se poursuit en détruisant les mœurs raffinées de la ville, de la ruralité et de l’urbanité.

L’unicité s’exclut des dialogues

Il ne s’agit pas de tenir les mêmes propos, bien au contraire, l’originalité des différences fait la richesse de la diversité.  

C’est pourquoi, lors d’échanges verbaux ou rédigés, l’auteur tiendra compte des perceptions que son auditeur ou lecteur ressentira. Le désaccord éprouvé à l’écoute des conceptions ne gêne en rien l’acceptation de l’énoncé. En réponse, le récepteur prononce à son tour naturellement ou plus ou moins passionnément ses convictions. 

Les points de vue pertinents ou arbitraires n’ont pas caractère de primauté ! D’autre part, à aucun moment il ne s’agit de faire changer l’auditoire d’idée. Pourtant des manœuvres de langages, des comportements mystifiants l’amènent à obtempérer aux affirmations exprimées. Pour sa part, en objection, le destinataire verbalise une opinion différente de l’émetteur. 

Prenez en considération que votre auditeur n’est pas vous. Il n’a pas vécu vos expériences ! De plus, il n’a pas reçu la même éducation familiale ou sociale. Ses valeurs, ses références culturelles, intellectuelles, artistiques, religieuses sont certainement dissemblables des vôtres. Du seul fait, qu’il est lui.

Etre-definit-lexistence-dune-realite-je-pense-donc-je-suis
Être définit l’existence d’une réalité « je pense donc je suis »

L’interconnexion qui permet l’écoute de sa différence d’avec vous s’unit à la Conscience d’Être. Sans cette approche, la rencontre des deux s’avère impossible.

« Je pense, donc je suis. »

René DESCARTES (1596-1650), Discours de la méthode pour bien conduire sa raison et chercher la vérité dans les sciences, plus la dioptrique, les météores et la géométrie, qui sont des essais de cette méthode (1637)

Être définit l’existence d’une réalité « Je pense donc je suis »

L’auxiliaire être, ne s’utilise pas qu’à conjuguer les verbes ou à relier le complément au sujet. Dans sa multiplicité de fonction, être représente quelqu’un ou quelque chose. C’est moi ! C’est nous les meilleurs ! C’est peu dire !

Quoi qu’il en soitÊtre avec sa majuscule, définit une grandeur, une substance, une essence, une présence « l’Être Éternel, l’Être Suprême ». Ne pas amalgamer l’Être, créature vivante, avec la personnalité humaine qui additionne nombre de traits de caractère comportementaux. 

De plus, les agissements associés aux motivations forment l’individualité singulière de chaque terrien. L’omission d’analyser la composition de l’espèce instaure une lacune profonde de vue d’ensemble du représentant divin. 

N’ayant pas cette perception, les échanges au cours de discussions s’expriment incompréhensibles par les parties. Par conséquent, chacun veut convaincre ou rallier les auditeurs à son panache blanc. N’obtenant pas cette adhésion, les discordes s’installent et perdurent. 

Afin d’élever les débats, il sera nécessaire de dépasser les caractères égotiques qui constituent en partie la personnalité. En effet, seul l’iceberg extérieur apparaît à la vue de tous. Cependant, une plus grande partie immergée compose l’humain et l’influence. 

L’étude de la connaissance intérieure, dite spirituelle,  rend possible la découverte de cette invisibilité. En approchant une vision dans son intégralité, l’étudiant démasque d’autres aspects de sa véritable nature. Si bien qu’il conscientise la composition de ses diverses facettes, petit à petit, des mécanismes se révèlent.

LUtopie
LUtopie

Vouloir une situation absente de contraintes, afin d’agir sans obligations, confirme l’utopie

La vision de société idéale est très éloignée de la réalité, comme il se constate au quotidien. Ce fantasme imaginaire existe dans les pays où les habitants sont gouvernés de manière idyllique pour demeurer dans un bonheur parfait. Le féerique se vit dans des contrées paradisiaques qu’avec une population hautement évoluée d’Êtres divins. 

Ce modèle ne s’inscrit pas dans le monde terrien de la dualité. La preuve s’établit dans vos réalités. Seules les personnes ayant emprunté le chemin de la connaissance intérieure approchent ce merveilleux rêve. Elles savent que la maternité permet la naissance d’un enfant original, unique et différent de tous les autres. Il n’y a jamais eu quelqu’un de semblable et il n’y aura pas de similitude dans l’existence présente. 

Chaque terrien est une créature inédite ! Le quidam est appelé à exécuter sa particularité en innovant. Puis il réalise sa spécificité par le travail, ensuite l’adulte qu’il devient fait échec aux pensées préfabriquées. 

Toute naissance révèle un aspect unique de la multiplicité. Ce qui donne l’importance à chacun et non seulement à une partie, comme cela se transmet par les dogmes de tous genres.

La reconnaissance, une dignité essentielle

Le respect à l’égard des anciennes générations se désengage de plus en plus. Ce constat s’atteste par des états de fait. Le climat harmonieux ne se vit plus au sein d’une famille. Les injures colériques fusent de toute part que ce soit vis-à-vis d’un conjoint, d’un enfant ou réciproquement. 

Ce mimétisme se reproduit dans le groupe amical ou scolaire. L’insolence s’installe sur les bancs de l’école et l’humiliation s’affirme. Refuser de satisfaire une demande ou ne pas assouvir un désir déclenche des bagarres. 

Dans la société, telle la gangrène, les grossièretés circulent sur les voies de trafic, autoroutes, rues, trottoirs. Les atteintes se nourrissent de ressentiments, de provocations pour exploser en attaques meurtrières. 

Le besoin de règles, un bienfait !

Sans respect, l’hostilité, l’insécurité règnent en permanence. Faute d’autorité, le désordre public s’établit, l’anarchie prévaut ! Le paroxysme de l’irrespect confirme son apogée !

Afin d’inverser l’invective violente déclenchant des actes funestes, il convient de privilégier la légitimité des prescriptions spirituelles et matérielles. 

La première de toutes est celle de la Force Créatrice de l’Amour. 

Lunite-devoile
L’unité dévoile

De celle-ci découlent ses suivantes. La Loi des causes et des effets, qui d’elle-même émane les conséquences engendrées par le non-respect de ses principes. Telle une roue, le cycle infernal du désordre ne cesse de progresser dans ses rotations. Les blessures par les manques de respect s’accumulent dans l’intériorité des receveurs. Il s’ensuit de la détestation envers les émetteurs. À savoir, que le locuteur sera à son tour le destinataire et vice-versa. Voyez l’imbroglio des aboutissants.

L’Unité dévoile

Le Respect que Je Suis fait partie intégrante de l’Amour.

Je ne peux me dissocier de mon Cœur d’Amour. Lorsque mon action est employée, elle renforce l’estime adressée à la personne et fortifie son utilisateur. À mon tour, Je l’enveloppe dans ma bienséance de satisfaction qui le porte à procéder davantage à user de mon Énergie Créatrice bienveillante. 

Mon Essence permet également de dissoudre les malentendus ou les non-dits. Lorsque enfin la parole extériorise l’incompris, ou le volontairement tu, J’enrobe les cœurs de douceur, de gratitude et de reconnaissance. Par le fait que ce sont mes attributs.

Je les distribue à qui veut bien sans servir comme des outils sacrés. Ils œuvrent pour la généralité dans une totale acceptation de ce qui est. C’est-à-dire, qu’aucune modification ne s’apporte à l’expression de la personne. En d’autres mots, inutile de la changer même si celle-ci déploie des attitudes vulgaires dépourvues de divinité. 

Ses ténébreux aspects mettent en Beauté les couleurs lumineuses, dont elle n’a pu se couvrir. Que ceux et celles qui paraissent en vêtures sombres soient envieux d’habits rayonnants ! Il est agréable de convoiter le Sacré et non de jalouser celui-celle qui l’exprime déjà. Un tel comportement prend ombrage de la Déité

À votre tour, empruntez les voies de cette reconnaissance Divine

Lorsque vous maîtrisez la Sagesse respectueuse incarnée dans ses formes et couleurs diverses, vous devenez la représentation surnaturelle. Celle à laquelle tout aspirant rêve d’Être. Plus vous serez nombreux à témoigner ce que Je Suis, plus la Sérénité régnera sur le continent d’adoption que vous avez choisi de vivre. 

Les lois matérielles s’établissent par vos dirigeants qui vous gouvernent. Les codes correspondent à l’état de pensées de leur conscience exprimant un idéal. Ce n’était peut-être pas le vôtre et nous le comprenons. Cependant, il est superflu d’éprouver une animosité à leur égard ou envers leurs conditions imposées.

Reconnaissance-divine
Reconnaissance divine

L’hostilité entraîne sur des chemins trompeurs

Vous avez le pouvoir de procéder à l’équilibre du dysharmonieux. Non par l’opposition de l’établi, mais par l’innovante modification. Vous pouvez l’accomplir en vous questionnant sur le dérangement que procure cette obligation à exécuter. Bien évidemment, tous les prétextes insincères seront exclus de cette investigation. 

Ce dissimulé vous permettra d’étudier votre complexe unité divisé. En acceptant d’accueillir les polémiques, vous constaterez que bien souvent, il s’agit simplement d’affrontement de personnalités humaines. Ce n’est nullement l’Être lumineux qui se querelle pour des désaccords, puisqu’il continue de vaquer à ses occupations sans trouble. 

Silencieusement, la Déité œuvre dans l’intimité en modifiant calmement l’instabilité des perturbations émotionnelles. 

Je procède à ce mouvement en recouvrant le stress de ma Sublime Essence. J’efface les divisions, les affrontements en acquiesçant à la différence de l’expression insincère. Lorsque vous vous éloignez sagement du sournois, vous retrouvez instantanément votre Nature paisible de laquelle vous émanez. 

La Source Créatrice grandit votre état divin à chaque progression de perception que vous avez du monde extérieur. Ou bien de votre propre rôle dans l’accomplissement de l’infinitude Unité pluriel. 

Ne rechercher ni la division ni la séparation du UN. Bien au contraire, approuver votre filiation à sa Splendeur. 

Je vous accompagne dans cette démarche avec Respect.

Channel de l’Unité des Maitres Akashiques  Marie Pierre AUBERT Thérapeute Holistique

Vous pouvez partager cet article, à condition d’en respecter l’intégralité et d’en citer la source. https://souffledelesprist.com

N’oubliez pas d’exercer votre discernement en rapport à ces textes. Vous avez Un Libre Arbitre, utilisez-le et surtout, écoutez ce que vous dicte votre Cœur.

Site:  https://akashaphilosophiempa.eu    

© 2021 – Akasha MPA-Tous droits réservés

close
Marie-Pierre-AUBERT1

Abonnez-vous à notre newsletter

« Élargir notre regard, c’est permettre de s’expanser au Tout »

1 réflexion au sujet de « Le respect réside dans le cœur »

  1. “J’enrobe les cœurs de douceur, de gratitude et de reconnaissance. Par le fait que ce sont mes attributs.

    Je les distribue à qui veut bien sans servir comme des outils sacrés. Ils œuvrent pour la généralité dans une totale acceptation de ce qui est. C’est-à-dire, qu’aucune modification ne s’apporte à l’expression de la personne. En d’autres mots, inutile de la changer même si celle-ci déploie des attitudes vulgaires dépourvues de divinité”…
    Un passage très important à mes sens…” je les distribue à qui veut bien s’en servir comme des outils sacrés”…
    Une précieuse Clé…
    Gratitude

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate