La saga des calendriers gère notre temps

Saviez-vous-que-la-saga-des-calendriers-gère-notre-temps
Saviez-vous que la saga des calendriers gère notre temps

Saviez-vous que la saga des calendriers gère notre temps ? Il y a quelques mois, au cours d’une conversation avec une amie éthiopienne, j’appris que son pays était en l’an 2012. Ma surprise me figea l’espace d’un instant dans l’étonnement. Le cours du temps n’est pas le même pour tous.

La poursuite de renseignements dont elle me faisait part me remit dans le mouvement du partage, laissant de côté, cette nouvelle insoupçonnée. Aujourd’hui, en cette fin d’année, j’introduis dans ma conception de période, cette information reçue quelques jours plus tôt. L’occasion de ce changement m’amène à l’approfondir. 

Un peu d’histoire

Dans le cas présent, la plupart des pays terriens suivent le calendrier grégorien sans le savoir. C’est notre almanach actuel. Les Romains ayant perdu le souvenir de leurs origines historiques durent en inventer une. À tel point que la date de la fondation de Rome serait fausse. Les auteurs antiques décrivent le calendrier comme une alternance de mois et de jours ce qui donne une année de 304 jours. La division du temps offre une pagaille, car elle n’est pas en accord, ni avec le cours du Soleil ni avec les phases de la Lune. C’est ainsi qu’il s’ajoute ou s’enlève des écoulements de jours ou de nuits.

Il s’invente un calendrier dit Julien en 532 après Jésus-Christ. Le pape Grégoire XIII réforma ce calendrier en 1582. L’adoption de cette nouvelle planification se fait progressivement dans les diverses nations de 1582 à 1926. L’Éthiopie conserve l’ancien Julien, c’est ainsi qu’en 2019 ce pays vit en 2012. Afin de faciliter la vie des voyageurs, les deux dates figurent dans les commerces, les hôtels et autres lieux publics.

Le présent est le moment vécu dans l’instant

Les-differents-calendriers-utilises-dans-monde
Les differents calendriers utilises dans monde.

Il est influencé par le hier, le passé qui n’est plus, qui pourtant devient présent pour être demain le futur. Il sera à son tour, existant au moment de l’instant.

Cette boucle n’en finit pas de se dérouler pour s’enrouler à nouveau. Elle crée ce que nous dénommons le cycle. L’éternel recommencement, dans l’infinitude de son développement. Il se prolonge sans notre bon vouloir de le modifier ou bien de l’accompagner. Se souciant peu de nos désirs, il poursuit inlassablement son déroulage. Ce défilement provoque en l’individu l’angoisse du lendemain. Un avenir sans certitude aucune, seulement des probabilités qu’il doive choisir. Les éventualités s’accompliront ou non. Elles résulteront des options prises dans l’instant présent influé d’expériences d’hier ou pas. 

Si la préférence s’impressionne du passé, il y aura modification de l’actuel. Dans le cas contraire, le vécu sera à nouveau effectué sans ajustement. Il s’ensuit que cette manière d’exécution perdure depuis fort longtemps. À juste titre, l’interrogation ‘’à quand le changement’’ se renouvelle chroniquement.

L’interpellation crée le stress, l’incertitude, le doute

Le renouvellement ne pourra être opérationnel que lorsque la personne n’aura plus de crainte dans l’avenir. Plus précisément, si nous comprenons que le présent se modifie continuellement d’instant en instant pour devenir le futur. Le doute d’hier s’efface pour demain. En d’autres mots, je sais que mon physique considère qu’il existe depuis X années. Qu’il dure depuis 30, 40, 50, 60, 70, 80 ans encore aujourd’hui et peut-être le jour qui suit. Ce qu’il espère. Pourtant, nul n’a la certitude que dans quelques heures, mois, années qui se dérouleront dans le corps pensant, il sera présent dans l’instant futur. 

La nouveauté crée la perturbation, la nervosité. Le fait d’évoluer incessamment dans les possibilités d’amélioration de chaque moment déstabilise inconsciemment la psyché mentaliste. À tel point que cette dernière s’appuie sur la concrétisation en permanence. Assurant ainsi sa survie comme son pouvoir d’être dans la matérialité d’existence. C’est ce qui lui importe.

Le refus de la multidimensionnalité

Chaque terrien a la capacité de choisir son existence. À l’époque actuelle, il ne peut ignorer cette possibilité. Au vu de la diffusion spirituelle qui se propage sur les toiles d’informations. Que ce soit par la bouche à l’oreille d’hier. De l’écrit d’aujourd’hui ou de la télépathie de demain. 

multidimensionnalité
Multidimensionnalité

En acceptant le passé, le présent et l’avenir, nous voguons sur les multidimensions qui nous composent. La Conscience de ces trois temps réunis en un seul nous permet d’exister joyeusement dans la minute T. Il se produit sans doute ni appréhension de ce que sera le prochain T. Il correspond au moment béni de la candeur de la prime jeunesse. 

Nos chers Êtres de Lumière évoluant dans le temps éternel nous demandent de retrouver “nos âmes d’enfant”. Une célèbre phrase Christique mentionne ‘’laisser venir à moi les petits-enfants’’. 

Considérons la confiance de l’innocence, l’insouciance que nous avons eues dans nos premières années de vie. Avant même que la matérialité nous embrasse nous enlace dans son chant séduisant.

Retrouvons cette grâce lumineuse qui sommeille en notre intime

Elle nous éclaire le chemin emprunté. Il se déroule dans la sérénité d’accomplissement d’Être multidimensionnel. Nous vivons dans l’instant T terrien tout en étant dans l’ailleurs d’hier. Ils se réunissent pour expérimenter le devenir de demain. 

Apparemment, la matérialité nous séduit avec ses chants de sirène. Ses mélodies nous ensorcèlent et nous gardent enfermés dans ses symphonies. Saurons-nous y échapper ? Ses chansons nous privent de notre liberté d’Être pluridimensionnel, de ce que nous sommes dans notre réalité céleste. 

La matière, merveilleuse densité que nous devons alléger de ses contraintes. Elle nous aime tant, qu’elle choisit de nous mouler de sa même composition. C’est ainsi que notre incarnation devient semblable et similaire à sa constitution. 

Empêtrés dans le costume de chair, nous oublions notre subtile combinaison qu’Est l’Énergie Lumière. De même qu’entourés de toutes sortes de revêtements concrets, représentés dans des formes et couleurs de tous genres, nous ne pouvons que prendre pour vrai ce qui est endossé dans l’instant d’apparat. L’illusion est grande et l’environnement palpable confirme la véracité du propos.

Qui se dissimule dans les divers déguisements ?

Linfini
L’infini

Celui/celle qui est à l’origine du tout, du global, de l’infini, de l’éternel. Nous sommes venus nous amuser avec Lui/Elle dans la matérialité. Le but du jeu est de découvrir qui se voile derrière le masque. 

L’avez-vous perçu ? Si la réponse est non, vous avez encore quelques années devant vous pour trouver la solution. 

Si la réplique est oui, la Vie Est Joyeuse et facile. Dans ce cas, l’on dit ‘’Je te vois’’, ‘’c’est toi le chat’’. D’hier, les rires de bonheur éclatent dans l’évocation d’enfance.
Aujourd’hui, la souvenance de l’Amour partagé vient fusionner dans l’instant T. L’imminent de demain sera un avenir ensoleillé. 

La trinité du temps, passé, présent, futur est semblable à la trilogie du Père, Mère, Fils/Fille. Rien ne les sépare « Tout les Unit ».

Channel des Maitres Akashiques

Marie Pierre AUBERT Thérapeute Holistique

Vous pouvez partager cet article, à condition d’en respecter l’intégralité et d’en citer la source.

N’oubliez pas d’exercer votre discernement en rapport à ces textes. Vous avez Un Libre Arbitre, utilisez-le et surtout, écoutez ce que vous dicte votre Cœur.

Site: https://akashaphilosophiempa.eu/

© 2019 – Akasha MPA-Tous droits réservés

Images liées:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate